Envoyer le texte par courriel à l’adresse suivante : resocsoc@socio.umontreal.ca.


Inscrire les informations suivantes sur la page-titre du manuscrit :

  • titre, auteur(s), affiliation, adresses postale et électronique professionnelles.
  • Joindre un résumé ne dépassant pas 150 mots.
  • Le manuscrit doit comporter entre 50 000 et 75000 caractères (espaces compris), notes et bibliographie comprise.
  • Avant de soumettre un texte, l’auteur s’assure du respect des règles de présentation identifiées plus bas. En outre, l’auteur doit attester que le manuscrit n’a pas été déjà publié ou qu’il n’est pas soumis ailleurs pour fin de publication. Une fois que l’article est accepté pour publication, l’auteur doit remplir et retourner le formulaire de cession de droits.


Présentation des manuscrits

  • Rédiger le texte à double interligne à l’aide d’une police standard (exemple : Times, 12 points), avec un alignement justifié et des marges de 3 cm.
  • Rendre claire la hiérarchie des sous-titres et les démarquer typographiquement du texte. Réserver les caractères gras aux titres et aux sous-titres.
  • Mettre en italique les titres de livres ou de revues, ainsi que les mots de langue étrangère :
    • titres d’ouvrages : en capitales au premier mot seulement (Les langues du roman);
    • titres de périodiques : en capitales au premier substantif et à l’adjectif qui le précède (Le Devoir; La Nouvelle Revue française);
    • mots étrangers : en italique (la notion d’empowerment).
  • À sa première mention, placer un sigle ou un acronyme entre parenthèses à la suite de sa signification, sans ponctuation. Par exemple, ministère de l’Éducation du Québec (MEQ).
  • Les tableaux sont insérés dans le texte à la suite du premier paragraphe où on s’y réfère. Ils sont identifiés par un court titre et numérotés en chiffres arabes. Dans le texte, toujours faire référence à un tableau par son numéro, par exemple, voir tableau 3 et non voir tableau suivant (la mise en pages risque de changer la disposition des tableaux).
  • Les figures doivent être dans un document distinct, de format TIFF ou EPS, avec une excellente résolution (de 300 dpi pour les photographies à 1200 dpi pour les dessins au trait line art ou comportant des trames). Les références aux figures se font  entre parenthèses à la fin de la phrase (figure 1).
  • Ne pas faire suivre un point de deux espaces, un seul suffit. Mettre les accents sur les capitales et la cédille sous le C majuscule. Le trait d’union ne peut pas remplacer le tiret. Pour représenter un tiret, mettre deux traits d’union côte à côte (semi-cadratin). Employer les abréviations suivantes dans les notes et la bibliographie : no (numéro), p. (page, pages).


Notes

  • Lier les notes de bas de page avec les appels de notes dans le texte en utilisant la fonction appropriée du traitement de texte. L’appel de note précède toujours le signe de ponctuation. Placer les notes à chaque page et non en fin d’article.


Citations

  • Encadrer les citations de guillemets français (« citation », avec espace insécable après le guillemet ouvrant et avant le guillemet fermant). À l’intérieur de ceux-ci, utiliser les guillemets anglais “citation dans la citation” (sans espace). Placer les citations de plus de cinq lignes en retrait, sans guillemets.
  • La référence bibliographique suit la citation, avant le point qui marque la fin de la phrase. On y indique le nom de l’auteur, l’année de publication et la page. Exemples : Un champ peut être défini « comme un réseau, ou une configuration de relations objectives entre des positions » (Bourdieu, 1992 : 72). Autres exemples : (Langlois, 2002 ; Mercier, 2004), (Collin et al. 2005), (Martuccelli, 2005 : 53-54).
  • Utiliser les lettres minuscules pour distinguer les différentes publications d’un même auteur dans la même année. Exemple : (Habermas, 1987a), (Habermas, 1987b).
  • Traduire en français les citations en d’autres langues et les faire suivre du mot traduction entre parenthèses. Le texte cité peut être fourni dans la langue originale en note de bas de page.